Livres reçus: mai 2021

Actes Sud

Edouard Verkine
Sakhaline

Arles, Actes Sud (ExoFictions), 2020, 448 p.

La rage mobile se répand dans le monde, transformant les hommes en zombies. Seul le Japon a survécu au feu nucléaire apocalyptique. L’île de Sakhaline reste l’éternelle terre de bagne peinte en son temps par Tchekhov. La mort est son industrie. Réfugiés chinois et coréens y sont relégués. C’est là que débarque Lilas, une jeune russo-japonaise, pour une mission de recherche en futurologie appliquée, soit « l’art de coopérer avec après-demain ». Elle se voit bientôt flanquée d’Artiom, soldat d’élite. Mais de tremblement de terre en insurrection, d’épidémie en débandade, d’attaque chimique en razzia, le voyage d’étude se transforme en une longue course à travers l’île dans un climat de désespoir triomphant.

Albin Michel

Robert Jackson Bennett
Les Maîtres enlumineurs

Paris, Albin Michel (Imaginaire), 2021, 600 p.

La cité de Tevanne, dirigée par quatre puissantes familles marchandes, a bâti sa fortune grâce aux secrets de l’enluminure qui agit sur les objets qu’elle recouvre. Les maîtres-enlumineurs défient ainsi les lois de la physique. La jeune voleuse Sancia Grando a le pouvoir de revivre le passé des objets et de comprendre les chuchotements des enluminures. Quand on l’engage pour voler un artefact magique et hautement convoité, elle est loin de se douter que la ville courre un grand danger.

Nick Harkaway
Gnomon 2

Paris, Albin Michel (Imaginaire), 2021, 474  p.

Dans ce deuxième tome, l’inspectrice Neith Mielikki poursuit son voyage au coeur de la pensée humaine. À la suite de la mort de la dissidente Diana Hunter lors d’un interrogatoire, elle est chargée de l’enquête. Alors qu’elle est fidèle au Système, l’organisation techno-totalitaire qui a remplacé la monarchie constitutionnelle anglaise, ses convictions vacillent en explorant l’esprit de Diana.

Alto

Sébastien Chabot
Noir Métal

Québec, Alto, 2021, 272 p.

« Dans le faussement paisible village de Sainte-Florence, le retour d’un jeune homme marginal crée des remous. Fraîchement sorti du centre jeunesse, Sebastian Andersen ne parle pas. Mais son silence fait plus de bruit que sa musique, et dérègle le sordide équilibre qui régnait dans la bourgade matapédienne.

Entre le Général, grand prêtre du mystérieux groupe Vita Cirkeln qui « scandinavise » ses initiés, et Eva, fillette qui refuse son sort de monnaie humaine, grouille un nid d’adolescents paumés, de notables corrompus, de pervers de bonne famille, de femmes épuisées et de païens justiciers, sans oublier une faune sauvage atteinte d’un mal étrange. Sur fond de black metal, les églises grincent, les cimetières crachent leurs secrets, les mauvais souvenirs se font poignards et la vérité embrase cœurs et esprits. »

Atelier Akatombo

Collectif
La Machine à indifférence et autres nouvelles

Paris, Atelier Akatombo, 2021, 300 p.

Ce recueil propose cinq nouvelles de science-fiction (traduites du japonais par deux spécialistes français du domaine) qui mettent en scène un développeur de jeux vidéo chinois pourchassé par des abeilles tueuses, deux adolescents à Johannesburg, Xemas et Hoas, pris au piège dans une guerre sanglante, Jay, qui porte un amour inconditionnel à Rita ainsi que la rencontre entre une scientifique et une femme à la physionomie repoussante. Ici, on est dans la fiction spéculative, plutôt que dans la dystopie ou l’utopie.

Le choix des anthologistes s’est porté sur des auteurs emblématiques de la génération ayant commencé à publier à partir de l’an 2000. Une excellente façon de découvrir la SF japonaise.

Cambourakis

Stella Benson
La Vie seule

Paris, Cambourakis, 2020, 120 p.

À Londres, en 1918, la guerre n’en finit pas, les bombardements détruisent la ville. Seule, Sarah Brown oeuvre au sein d’un comité de bienfaisance où les femmes de la bonne société dispensent aux pauvres une charité assortie de leçons de morale. La magie va faire irruption dans son morne quotidien lorsqu’une sorcière lui propose de s’installer à La Vie seule, la curieuse pension dont elle est la tenancière.

Critic

Lionel Davoust
L’Héritage de l’empire (Les Dieux sauvages -4)

Rennes, Critic (Fantasy), 2021, 927 p.

Dans ce nouveau tome des Dieux sauvages, la guerre fait rage et la forteresse de Rhovelle se retrouve isolée. Mériane atteint le sommet de sa popularité et goûte même au bonheur amoureux avant de chuter, trahie par Wer et par les hommes. Le désespoir menace, mais la révélation de la vraie nature des dieux ouvre des perspectives radicales de salut. Découvrira-t-elle la clé pour mettre fin définitivement à la guerre?

De Mortagne

Magali Laurent
Ravages (Demi-vie -3)

Boucherville, De Mortagne, 2021, 408 p.

Le sacrifice d’Ysia a engendré le chaos. Dans un monde à la dérive, l’amour peut rapidement mener à la haine. Le Perfecto est tombé, ce qui a plongé le Jardin dans l’anarchie. Conscient du danger qui plane sur certains de ses membres, le groupe de Citoyens dirigé par Sacha franchit le champ de force, dans l’espoir de trouver une vie meilleure à l’extérieur. Mais cette existence est-elle seulement possible? Semée de mort et de violence, leur route les conduit à un bâtiment inquiétant.

Galaxies

Galaxies (NS) 71

Bellaing, Galaxies, 2021, 192 p.

Nouvelles

« Dans la boucle » de Ken Liu (trad. Jean-Michel Calvez)

« Flora ※ Fauna » de Guillaume Laffineur

« Par les yeux d’autrui » de N. R. M. Roshak (trad. Pierre-Alexandre Sicart)

« AVAnt qu’il ne soit trop TARd » de Léa Silhol

Dossier : Intelligence artificielle

« L’Imaginaire de l’intelligence artificielle dans la science-fiction » de Denis Taillandier

« SF et IA, un mariage de longue date » de Tony Sanchez

« Repères bibliographiques » de Tony Sanchez et Denis Taillandier

Interview croisée Olivier Paquet / Fujii Taiyo / Xia Jia, de Denis Taillandier

« Complicité » de Fujii Taiyô 藤井太洋 (trad. Denis Taillandier)

« L’Été de Tongtong » de Xia Jia (trad. Gwennaël Gaffric)

Le Grand Article

« Léa Silhol, de la fantasy au cyberpunk » de Lucie Chenu

« Bibliographie de Léa Silhol » de Lucie Chenu

« Questions à Léa Silhol » de Lucie Chenu

 

Articles

« Mangas : Ikigami » de Pierre Gévart

« Séries-graphies #2 » de Jean-Guillaume Lanuque

« Chroniques de lecture », coordonnées par Laurianne Gourrier

« 2 mois de ciné chez soi » de Jean-Pierre Andrevon

Stanké

Collectif
Wapke

Montréal, Stanké, 2021, 216 p.

Ce recueil de nouvelles d’anticipation autochtone, au titre évocateur (« wapke » signifie « demain » en langue atikamekw), est le premier publié au Québec. Dirigé par Michel Jean, ce livre fait (re)découvrir 14 voix issues de nations et d’horizons multiples : Joséphine Bacon (Innue), Katia Bacon (Innue), Marie-Andrée Gill (Innue), Elisapie Isaac (Inuk), Michel Jean (Innu), Alyssa Jérôme (Innue), Natasha Kanapé Fontaine (Innue), J. D. Kurtness (Innue), Janis Ottawa (Atikamekw), Virginia Pésémapéo Bordeleau (Crie), Isabelle Picard (Wendat), Louis-Karl Picard-Sioui (Wendat), Jean Sioui (Wendat) et Cyndy Wylde (Anicinape et Atikamekw).

XYZ

Chris Bergeron
Valide

Montréal, XYZ, 2021, 272 p.

« D’abord : ceci est une mutinerie. Et si notre mutinerie doit réussir, il faut que je nomme bien les choses, sans détour. Sans ça, tu ne dérogeras pas à tes certitudes. Alors voilà: je suis trans. Comme dans transgression. J’ai cassé les genres, je me suis soustraite aux codes. Je suis trans. Comme dans translation. J’ai fait glisser les éléments qui constituent ma personne d’un état vers un autre. Ma géométrie a été variable. Je suis trans. Comme dans transmutation. Ma vie est une alchimie. J’ai fait de l’or avec du plomb. Je suis trans. Comme dans transports amoureux. J’ai connu toutes les ardeurs. Celles des femmes, celles des hommes et celles de cielleux qui ont quitté le bal des binarités. Je suis trans. Comme dans transie. Par la peur, par l’amour, par la solitude. Je suis trans. Comme dans transhumance. J’ai changé de troupeau et de pâturage. J’étais un mouton. J’ai tenté d’être une brebis. Mais en vain. Je comprends aujourd’hui que je suis une louve parce que je suis trans. Comme dans transgenre. Et ce soir, je suis une révolution. /avertissement: code rouge… activation du protocole d’extraction-interrogation… échec de transmission… standby/ »