Résonances, de Patrick Senécal (Fa)

Patrick Senécal

Résonances

Lévis, Alire (GF 105), 2022, 340 p.

Depuis 1998, Patrick Senécal publie presque chaque année un nouveau roman aux éditions Alire (en plus de ses autres projets, autant littéraires que télévisuels ou cinématographiques). Qu’elles soient fantastiques ou non, ses œuvres sont habituellement très noires et, surtout, diablement efficaces. C’est sa plume affûtée et sa capacité à créer des émotions troubles chez ses lecteurs qui en font une des figures de proue du thriller québécois.

Cet automne, il a lancé Résonances, une histoire un peu différente de ce qu’il nous a offert jusqu’à maintenant. S’il y a des scènes plus graphiques à l’occasion, on est plutôt dans une ambiance bizarre et décalée que dans l’horreur.

Tout commence lorsque l’auteur Théodore Moisan passe une IRM. Non seulement l’expérience est-elle angoissante, mais il en ressort avec des pertes de mémoire de plus en plus importantes. Au même moment, il découvre des comportements étranges chez les gens autour de lui (puis dans la population en général). Comme si tous souhaitaient aller au bout de leurs pulsions (cela dit, celles-ci ne sont pas toujours négatives). Puis, certains événements commencent à se répéter. L’auteur doute alors de sa santé mentale. Est-ce lui qui a changé ou le monde est-il en train de se dérégler ?

Senécal a un don pour capter l’intérêt du lecteur. Son style efficace est bien servi par une narration à la première personne. On s’attache au pas de Théodore dès les premiers mots. On ne se retrouve pas tout de suite dans les grands bouleversements. L’étrangeté s’installe par petite couche : le regard détaché de sa femme, les commentaires des gens à qui il parle qui sont souvent un peu décalés et, surtout, la présence du mystérieux Paden, tour à tour policier, éditeur et libraire. Le point de vue du personnage est bien établi et on se glisse très facilement dans sa peau.

Le lecteur est sans cesse déstabilisé dans les premiers chapitres. En entrevue l’auteur disait vouloir dérouter, comme peut le faire David Lynch au cinéma. Eh bien, c’est réussi. On pourrait également penser au film Le Jour de la marmotte d’Harold Rami (dans une version nettement plus sombre).

C’est assurément le livre le plus méta de Senécal. Au-delà d’un roman fantastique, Résonances est une réflexion sur la création. Ce thème est porté par le personnage principal (lui-même écrivain), mais aussi par le récit lui-même. Un autre questionnement abordé de front par Senécal est le clivage des opinions. Menés par leurs pulsions, les individus se radicalisent, ce qui amène des débats qui rappellent drôlement ceux que l’on voit sur Facebook, entre autres entre la jeune génération et ses aînés.

Malgré tout, je n’ai pas été pleinement satisfait. Pourquoi ? Parce que c’est une œuvre un peu trop sage. Entendons-nous, c’est agréable, c’est raconté avec talent, il y a plusieurs scènes fortes et la critique sociale est fort pertinente. Toutefois, j’aurais aimé retrouver la folie et l’humour décalé d’Aliss et de la série Malphas.

De plus, l’histoire fait un peu du surplace vers le milieu du livre, quand les répétitions commencent à s’accumuler et que le lecteur (du moins celui-ci) comprend ce qui se passe, bien avant Théodore Moisan. Enfin, le désavantage de ce type de récit au deuxième degré est qu’on peine à se préoccuper du sort des personnages secondaires qui manquent de substance (même si cela s’explique dans la logique interne).

Dans l’œuvre de Senécal, Résonances se rapproche plus de Quinze minutes (publié dans la série L’Orphéon) que de ses thrillers. L’amateur d’horreur risque de rester sur sa faim. Cela dit, ceux qui s’intéressent à l’écriture y trouveront matière à méditer.

Pierre-Luc LAFRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.