Livres reçus: août 2018

Coup d’œil

Alain Lafond
Les Voyageurs de la nuit (Dreamwalkers -1) (R)

Saint-Bruno-de-Montarville, Coup d’œil, 2018, 600 p.

« Samuel Swartz attend impatiemment l’arrivée de son premier enfant. C’est un homme comblé. La seule ombre à ce tableau idyllique : sa femme fait d’horribles cauchemars dans lesquels un homme la torture pour obtenir des informations sur lui. Tout bascule lorsque l’homme du rêve se révèle être bel et bien réel. Tout droit sorti d’un passé dont Sam n’a aucun souvenir, ce dernier envahit sa vie et la met en péril. Il est alors introduit à l’univers des Dreamwalkers, des humains aux capacités extraordinaires d’infiltrer et de manipuler les rêves d’autrui. Il se découvre des dons hors du commun. Entraîné dans un tourbillon d’événements, Sam cherche des réponses dans les rêves. Il doit apprendre au plus vite les nouvelles lois d’un monde qui lui était jusqu’alors inconnu et se préparer à affronter un ennemi qui réclame vengeance. »

Le Bélial’

Kij Johnson
La Quête onirique de Vellitt Boe

Saint-Mammès, Le Bélial’ , 2018, 191 p.

« Clarie Jurat a disparu. Nul ne sait où, mais il semblerait qu’elle se soit enfuie en compagnie d’un homme… un homme venu du monde de l’éveil. Au sein du Collège de femmes d’Ulthar, c’est la consternation : pareille fugue pourrait remettre en cause l’existence même de l’institution. Pour Vellitt Boe, le temps est venu d’abandonner ses atours confortables de professeure vieillissante au profit de sa défroque oubliée de voyageuse émérite ; retrouver son élève est impératif. Une quête qui la conduira loin, bien plus loin qu’elle ne l’imagine, d’Ulthar à Celephaïs, au-delà même de la mer Cérénarienne, jusqu’au trône d’une ancienne connaissance, un certain Randolph Carter… »

Le Livre de poche

Joe Hill
L’Homme-feu (R)

Paris, Le Livre de poche, 2018, 986 p.

« Personne ne sait exactement quand et où tout a commencé. Sur le corps des individus contaminés apparaissent des tatouages mordorés qui s’embrasent, causant la mort par combustion. Boston, Détroit, Seattle… ont déjà basculé dans le chaos. Il n’existe aucun antidote. Lorsque Harper, infirmière dévouée et bienveillante, découvre les premières marques sombres sur sa peau, elle vient d’apprendre qu’elle est enceinte. Paniqué, son mari fuit. Dans ce monde en ruine, où de petites communautés se forment et des milices traquent les malades pour les exterminer, Harper est secourue par un homme capable de contrôler ce feu intérieur. Mais l’infirmière ne dispose que de peu de temps pour percer le secret de l’homme-feu avant qu’elle et son enfant ne soient réduits en cendres… »

Robert Laffont

Robert Silverberg
Valentin de Majipoor (R)

Paris, Robert Laffont (Pavillons poche), 2018, 526 p.

« Sur Majipoor, planète géante, règne lord Valentin le Coronal qui, naguère jongleur, a retrouvé son trône, mais a conservé un corps d’emprunt. Ces faits de haute chronique ont été relatés dans Le Château de Lord Valentin. Mais il n’est pas dit que le règne de Valentin restera serein. Tandis que le Coronal entreprend son périple à travers les immensités de Majipoor afin d’aller à la rencontre de ses peuples, accompagné de Carabella, son épouse bien-aimée, de ses amis des jours d’infortune devenus grands seigneurs et d’une armée de courtisans, les nuages s’amoncellent, les maladies frappent, la famine survient, et la rébellion. Des monstres surgissent des forêts d’habitude paisibles de Majipoor. Faudra-t-il faire la guerre aux Changeformes ? Car ce sont eux, premiers occupants de la planète, jadis massacrés et refoulés par les humains venus de l’espace, qui tentent une nouvelle révolte. Valentin, épris de paix et d’amour, ne parvient pas à s’y résoudre. Majipoor va-t-elle sombrer ? Robert Silverberg déploie dans son cycle de Majipoor, dont voici le troisième tome, la fresque somptueuse d’un vaste univers, qui le range parmi les plus grands auteurs de littérature de l’imaginaire vivants. »